A propos de nous

Histoire

Comment tout a commencé : nous venions d’assister à un mariage !

En février 2017, les frères Denis et Griselda Fornés, lui vivant à Barcelone et elle en Suisse, se rendent au Sénégal comme invités pour assister au mariage de leur ami Bacary Kondjira, un jeune mandingue vivant à Mataró avec lequel ils sont amis depuis de nombreuses années.

 

Lorsqu’elles arrivent à Tabassaye, le village du marié, elles sont reçues avec beaucoup d’affection et perçoivent immédiatement que la situation dans laquelle vit la communauté est très fragile. Ils ont le minimum et le nécessaire pour survivre, mais seulement cela. Cependant, la population vit tranquillement et est heureuse : si tout le monde a la santé et la nourriture, ils sont reconnaissants à la vie et vont de l’avant. Mais que se passe-t-il si quelqu’un a un accident ou tombe malade ? Lorsque ces situations se présentent, les problèmes commencent, et des situations qui chez nous ne seraient pas graves, peuvent s’y terminer très mal, entraînant même la mort par manque d’aide médicale et d’hygiène. Bientôt, ces défauts deviennent évidents. Le premier soir du mariage, ils rencontrent un homme qui a une infection de la main depuis plusieurs jours, qu’il n’a pas pu soigner faute de moyens. Le lendemain, ils rencontrent Ibrahima Diallo, un garçon de 14 ans, dont les jambes sont infectées et qui souffre de douleurs chroniques depuis plus de quatre ans, et qui n’a pas pu aller chez le médecin pour la même raison. Denis et Griselda décident d’emmener ces deux personnes au dispensaire le plus proche, qui se trouve à 4 km de là. Ils accompagnent les malades et prennent en charge le coût des visites et des traitements nécessaires à leur guérison.

 

La rumeur se répand rapidement que des invités européens emmènent des malades chez le médecin et un effet d’avalanche se fait sentir : chaque jour, des dizaines de malades apparaissent devant leur cabane, des gens qui ont besoin de soins médicaux. Beaucoup de ces malades souffrent depuis des années de maux qui, s’ils avaient été pris à temps, auraient été faciles à guérir.

Face à cette situation d’urgence sanitaire évidente, les frères Fornés sont clairs : ils ne peuvent pas tourner le dos à cette réalité, ils doivent l’affronter. Mais comme ils sont conscients qu’ils ne peuvent pas aller très loin seuls, ils ont décidé de créer une structure qui pourrait soutenir le défi et agir de manière solidaire.

Ainsi, au printemps 2017, le PROJET TABASSAYE est né.

Qui sommes-nous?

Réunions de l’association d’aide sociale du projet Tabassaye

L'équipe du Sénégal

Sana Kondjira

Allassane Diatta

Bacary Balde

Tida M’ballo

Aissatou Diatta

Mayang Kanté

Aliou Kondjira

Sona Kondjira

Mandiang Kanté

L'équipe de Catalogne

Denis Fornés

Elena Orta

Ferran Lorca

Jordi Pàmies

Marta Farré

Ainoa Guilera

Montse Sanchez

Carlos Barea

Lupe Cerezo

Salomè Gatnau

Esther Ramos

Apawe Sembe Soumare

Isabel Rué

Eva Gago

Nuria Bruguera

Équipe suisse

Griselda Frey-Fornés

Michel Rösli

Brigitta Knöpfel

Daniela Capaul Zoppi

Kandid Jäger

Yvonne Liebert Keller

Ana Stoutz

René Stoutz

Où nous travaillons

Le Sénégal est une république d’Afrique de l’Ouest qui a été une colonie française jusqu’en 1960. Aujourd’hui, c’est l’un des États africains les plus stables politiquement, avec une démocratie très consolidée.

Elle couvre une superficie d’environ 197 000 km2 (environ 6 fois la superficie de la Catalogne) et compte une population d’environ 14 200 000 personnes (deux fois celle de la Catalogne), dont 48 % vivent dans les villes, principalement dans l’agglomération de Dakar.

Le taux de chômage est très élevé (plus de 48 %) et 54 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Bien que les indices de développement humain soient en constante amélioration (de 0,325 % à 0,410 % au cours des dix dernières années, 1 étant le taux pour des pays comme la Norvège ou le Canada), la croissance est lente et peu visible dans les zones rurales. Ce manque d’horizons de développement personnel a incité de nombreux Sénégalais à quitter leur pays, que l’on appelle « la diaspora ». Cependant, on estime que les transferts de fonds envoyés par les migrants sénégalais représentent environ 10 % du PIB du pays. Bien que le PSE ne reconnaisse pas le rôle que la diaspora sénégalaise joue dans le développement du pays, il est clair qu’elle joue un rôle important.

La région de la Casamance, en raison de plus de vingt ans de lutte armée, souffre encore d’un manque important d’investissements de la part des différents gouvernements, ce qui fait de la région, malgré un potentiel important, l’une des plus arriérées du Sénégal en termes d’infrastructures, d’équipements et autres services : en général, il n’y a pas d’électricité (ou pas 24 heures sur 24), pas d’eau courante, pas d’égouts, les installations hospitalières sont dans des conditions désastreuses, pratiquement pas de routes pavées…

Comment nous sommes financés

Il est très fréquent dans le monde des associations et des ONG que les principales sources de revenus de ces entités à but non lucratif soient des subventions accordées par des organismes publics.

Dans notre cas, peut-être parce que nous sommes une petite entité, nous avons toujours été clairs sur le fait que nous voulons être aussi autonomes que possible : notre projet s’engage à assurer des revenus propres suffisants en ne devant pas dépendre de financements publics, financements qui sont toujours les bienvenus, mais nous ne voulons pas qu’ils conditionnent notre activité.

Nous nous engageons ainsi à diversifier les sources de financement et, de cette manière, à assurer la réalisation de nos objectifs sociaux. C’est pourquoi l’une des activités les plus importantes de nos associations en Europe est la recherche de ressources.

Actuellement, nos sources de financement sont:

1 - Cotisations des membres

Dans le cas de l’association catalane, qui a une tradition d’associationnisme et qui a généralement un fort sentiment de solidarité, c’est la manière la plus efficace pour nous d’obtenir des ressources économiques stables. Nous pensons que le fait d’avoir un bon nombre de membres nous garantit la stabilité et la continuité dans le temps, et que cela nous permet de maintenir une qualité dans le travail que nous développons au Sénégal : des personnes engagées dans le projet qui paient une cotisation mensuelle minimum de 10 € par mois. Les partenaires ne participent pas seulement au projet sur le plan économique, mais ont également la possibilité d’influencer la prise de décision et de participer à la construction et au développement des projets. Il convient de rappeler que, comme nous sommes une ONG de développement, les cotisations sont déductibles des impôts.

2 - Commerce solidaire

Une variante du concept de partenaire, dans laquelle le travailleur indépendant ou le commerçant professionnel a non seulement la satisfaction de participer à un projet de solidarité, mais obtient également une série d’avantages au niveau du marketing et de la visibilité, grâce à la collaboration du groupe de communication de Pànxing, sponsors de l’association.

3 - Dons

Les entreprises et les particuliers qui font des dons en argent et/ou en espèces sur une base ponctuelle constituent également une part importante de notre financement. C’est la ressource la plus importante de l’association en Suisse, où l’associationnisme n’est pas si profondément enraciné, mais où la solidarité et la générosité le sont.

4 - Foires et tirages au sort

Une des ressources traditionnelles de nombreuses associations, et que nous utilisons également avec succès. Nous en faisons généralement un par an : le tirage au sort typique de Noël, dont les prix sont offerts de manière altruiste par des entreprises et des professionnels de notre environnement (qu’il s’agisse ou non d’entreprises solidaires).

5 - Activités

Diverses activités sont réalisées bénévolement par les membres de l’association au cours de l’année pour récolter des fonds, mais aussi pour sensibiliser nos concitoyens et faire connaître notre projet : concours Sapiens, déjeuners ou dîners de solidarité, courses sportives pour tous les âges, animation du bar des Fêtes des viles, cours de cuisine, vente de produits alimentaires artisanaux, vente de petits commerces…

6 - Subventions publiques

Nous sollicitons diverses subventions auprès des conseils de coopération des villes où nous sommes basés, et jusqu’à présent nous avons toujours obtenu une part. Ces subventions représentent 14 % du financement total obtenu.

Financement du projet Tabassaye, 2019
Activités propres : 24.000,00 €
29%
Contributions et activités Suisse : 23.500,00 €
29%
Frais d'adhésion : 14.700,00 €
18%
Subventions : 11.250,00 €
14%
Contributions et dons : 7.800,00 €
10%